Installation Sabayon

Après plus de 5 ans de bons et loyaux services de Debian, je suis maintenant passé à Gentoo.
C’est MEPIS, puis Knoppix, puis DreamLinux qui m’avaient épaulés dans mes premiers pas Debian, alors bien sur c’est avec la même démarche que je suis parti vers Gentoo. Cette fois-ci c’est Sabayon qui m’a tenté.

Le point de départ est tout bête: Compiz marche sans problème sur mon HP compaq nc8430 depuis le Live CD (ou DVD, au choix), la suite ne s’est pas avérée aussi simple mais voici quelques notes.

1) Sabayon a l’air plutôt copain avec KDE, et moi je préfère XFCE ou Gnome à la rigueur. Après une première installation « par défaut » j’ai donc reinstallé ma machine en sélectionant le bureau Gnome, du coup je pouvais aussi sélectionner les outils complémentaires et j’en ai profité pour déselectionner Bureautique et Jeux. L’install est plus rapide, et de toutes façons c’était OpenOffice 2.2 qui arrivait, donc il fallait ensuite passer à 2.3 .

2) Une fois installé il reste à faire marcher Compiz avec Gnome/GDM. Pour cela un tour par le forum Sabayon est indispensable, il faut redéfinir la ligne de commande de lancement du serveur X dans GDM pour que XGL soit lancé.

3) Mettre à jour l’environement portage
edition du make.conf

emerge –sync
layman -S
layman -s xeffects

emerge -va portage

4) Et finalement installer tous les gris-gris qui m’accompagnent:
Les outils bureautique:
emerge -va openoffice
emerge -va acroread

emerge -va mysql-gui-tools
(mysql est installé par la même occasion)
suivi par emerge –config =dev-db/mysql-5.0.44-r2 pour configurer le password root.

emerge -va apache
emerge -va php

Les instructions sur les paramètres se trouvent ici

sans oublier d’ajouter au passage les USE flags qui vont bien au make.conf

à suivre….

Powered by ScribeFire.

Combien de sites

Depuis qu’on nous parle de notre présence en ligne et de l’ubiquité grâce à Internet, j’ai l’impression que ça tourne plutôt à l’ubuesque, surtout quand on essaie toutes les nouveautés qui passent.
Un beau jour on se retrouve avec 3 ou 4 sites perso (époque Geocities), puis Copain d’Avant, Viaduc/Viadeo, Linkedin, Orkut, les blogs…
Bref plus rien ne veux rien dire et en plus on est encore sensé trouver du temps pour aller sur SecondLife s’occuper de son ti bizness virtuel.

Powered by ScribeFire.