Souhaits aux aventuriers de la vie.

Je vous souhaite des rêves fous à n’en plus finir,

et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns.

Je vous souhaite l’ardeur d’entreprendre,

afin de goûter aux joies de la réussite.

Je vous souhaite de respecter les différences des autres,

parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir.

Je vous souhaite aussi d’adorer le soleil,

sans jamais dénigrer les jours de pluie,

car eux seuls donnent naissance aux arcs-en-ciel.

Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à l’aventure.

Je vous souhaite surtout d’être vous.

Jacques Brel, Souhaits aux aventuriers de la vie.

Publicités

Management Lesson

One fine day, a bus driver went to the bus garage, started his bus, and drove off along the route. No problems for the first few stops – a few people got on, a few got off, and things went generally well.

At the next stop, however, a big hulk of a guy got on. Six feet eight, built like a wrestler, arms hanging down to the ground. He glared at the driver and said, « Big John doesn’t pay! » and sat down at the back.

Did I mention that the driver was five feet three, thin, and basically meek? Well, he was. Naturally, he didn’t argue with Big John, but he wasn’t happy about it.

The next day the same thing happened – Big John got on again, made a show of refusing to pay, and sat down. And the next day, and the next.

This grated on the bus driver, who started losing sleep over the way Big John was taking advantage of him. Finally he could stand it no longer.

He signed up for body building courses, karate, judo, and all that good stuff. By the end of the summer, he had become quite strong; what’s more, he felt really good about himself.

So on the next Monday, when Big John once again got on the bus and said, « Big John doesn’t pay! »

The driver stood up, glared back at the passenger, and screamed, « And why not? »

With a surprised look on his face, Big John replied, « Big John has a bus pass. »

Management Lesson:

« Be sure there is a problem in the first place

before working hard to solve one. »

Paroles politiques

«Quand le moment est venu, l’heure est arrivée » (Raymond Barre).

« Même en avion, nous serons tous dans le même bateau » (jacquets Toubon).

« La droite et la gauche, ce n’est pas la même chose » (Pierre Mauroy).

«Voici que s’avance l’immobilisme et, nous ne savons pas comment
l’arrêter» (Edgar Faure)

« Saint Louis rendait la justice sous un chêne. Pierre Arpaillange la
rend comme un gland » (André Santini).

« Les socialistes aiment tellement les pauvres qu’ils en fabriquent »
(Jacques Godfrain).

« Je me demande si l’on n’en a pas trop fait pour les obsèques de
François Mitterrand. Je ne me souviens pas qu’on en ait fait autant pour
Giscard. » (André Santini).

« La meilleure façon de résoudre le chômage, c’est de travailler »
(Raymond Barre).

« Il est plus facile de céder son siège à une femme dans l’autobus qu’à
l’Assemblée nationale » (Laurent Fabius).

« Villepin fait tout, je fais le reste » (Renaud Muselier).

« Cette semaine, le gouvernement fait un sans faute; il est vrai que nous
ne sommes que mardi »(François Goulard).

« Il doit bien rester un angle de tir pour la paix » (Bernard Kouchner).

«Mamère Noël est une ordure» (Michel Charasse).

« La moitié du nuage d’ozone qui sévit dans la région parisienne est
d’importation anglaise et allemande » (Roselyne Bachelot).

« C’est l’union d’un postier et d’une timbrée » (Dominique Strauss-Kahn, à
propos de l’alliance LO-LCR).

« A mon âge, l’immortalité est devenue une valeur-refuge » (Valéry Giscard
d’Estaing, reçu à l’Académie Française).

«Je ne suis candidat à rien» (Nicolas Sarkozy).

«C’est un texte facilement lisible, limpide et assez joliment écrit :
je le dis d’autant plus aisément que c’est moi qui l’ai écrit» (Valéry
Giscard d’Estaing au sujet du projet de Constitution Européenne).

« C’est une bonne idée d’avoir choisi le référendum, à condition que la
réponse soit oui » (Valéry Giscard d’Estaing au sujet du projet de
Constitution Européenne).

« Si Bush et Thatcher avaient eu un enfant ensemble, ils l’auraient
appelé Sarkozy » (Robert Hue).

« J’étais partisan du non, mais face à la montée du non, je vote oui »
(Manuel Valls).

« Que l’on soit pour ou contre la Turquie, on ne pourra pas changer
l’endroit où elle se trouve » (Michel Barnier).

« Les veuves vivent plus longtemps que leurs conjoints » (Jean-Pierre
Raffarin).

« Le pétrole est une ressource inépuisable qui va se faire de plus en
plus rare » (Dominique de Villepin).

« Même quand je ne dis rien, cela fait du bruit » (Ségolène Royal).