Test Anti virus sur Mac

Régulièrement, des articles terrifiants reviennent sur les virus pour Mac qui arrivent, et puis rien ne se passe.

Alors, on nous rappelle que s’il n’y avait pas beaucoup de virus sur Mac, c’est pas parce que techniquement il est maousse costaud, mais parce qu’il n’y avait pas beaucoup d’utilisateurs (Il y a la même discussion sur Linux, et pourtant même quand près de 70% des serveurs Web tournaient sur une architecture Linux, personne ne faisait de virus pour Linux).

Bref, maintenant il y a beaucoup d’utilisateurs Mac et l’heure de vérité est de plus en plus proche !

(musique angoissante)

Dans mon institution, d’après les statistiques de connexion à la plateforme pédagogique 40% des internautes utilisaient un Mac pour se connecter. Donc, ça devient rentable de faire des virus pour Mac, les hackers (que l’on devrait appeler des crackers, mais tout le monde s’en fout depuis longtemps) vont se mettre au travail et puisque personne n’a d’antivirus, ça va être terrible…

(musique angoissante 2)

Pour tout dire, depuis 4 ou 5 ans j’utilise des Mac sans anti-virus, je fais un peu attention “sur quoi je clique” et pour l’instant il ne m’est rien arrivé de grave (ni à mes Mac d’ailleurs). Mais ça serait trop bête et puis je me suis dit que ça serait quand même quelque chose à tester, pour voir.

Je suis allé sur McAfee, non pas que je leur en veuille ou quoi que ce soit, c’est le nom, je me suis dit McAfee sur Mac, il doivent être faits pour s’entendre. J’ai téléchargé la version d’essai, j’avais 30 jours pour essayer, je n’ai pas regretté !

Côté installation, tout se passe super bien, la bête se lance et je lance une analyse complète.

Pour être complet, c’est complet, comme mon disque de 250 Go est bien plein, ça lui a pris 6 ou 8 heures (j’ai pas vu la fin, je dormais) pendant lesquelles ma pauvre machine brulait, soufflait et était quasiment inutilisable. Et, on me l’avait bien dit, ça y est , les virus sont arrivés. Enfin, il a trouvé 4 “choses”, lui il appelle ça des menaces, mais il n’a pas voulu me dire ce que c’était. Donc, je ne suis même pas sur que c’était des “menaces” pour Mac ou pour Windows. En revanche il me dit aussi qu’il les a supprimées.

Supprimées !

Sans me demander mon avis, sans me dire lesquelles, sans me prévenir. Voilà une copie d’écran qui résume tout ce que je sais de la situation:

Mcafee

Je ne sais pas ce que vous en dites, mais moi, un programme qui rend ma machine inutilisable pendant plus de 6 h et qui ensuite efface 4 fichiers sans me dire lesquels, j’ai pas confiance ! Et comme j’ai l’impression que tout ça n’a servi à rien, je désinstalle !!

Là j’ai eu un peu de mal, il ne suffit pas de supprimer le logiciel du dossier Application, il faut aller aussi bricoler dans la Bibliothèque.

Moralité

L’anti virus sur Mac c’est pas encore pour aujourd’hui !!!

Test Anti virus sur Mac

Régulièrement, des articles terrifiants reviennent sur les virus pour Mac qui arrivent, et puis rien ne se passe.

Alors, on nous rappelle que s’il n’y avait pas beaucoup de virus sur Mac, c’est pas parce que techniquement il est maousse costaud, mais parce qu’il n’y avait pas beaucoup d’utilisateurs (Il y a la même discussion sur Linux, et pourtant même quand près de 70% des serveurs Web tournaient sur une architecture Linux, personne ne faisait de virus pour Linux).

Bref, maintenant il y a beaucoup d’utilisateurs Mac et l’heure de vérité est de plus en plus proche !

(musique angoissante)

Dans mon institution, d’après les statistiques de connexion à la plateforme pédagogique 40% des internautes utilisaient un Mac pour se connecter. Donc, ça devient rentable de faire des virus pour Mac, les hackers (que l’on devrait appeler des crackers, mais tout le monde s’en fout depuis longtemps) vont se mettre au travail et puisque personne n’a d’antivirus, ça va être terrible…

(musique angoissante 2)

Pour tout dire, depuis 4 ou 5 ans j’utilise des Mac sans anti-virus, je fais un peu attention « sur quoi je clique » et pour l’instant il ne m’est rien arrivé de grave (ni à mes Mac d’ailleurs). Mais ça serait trop bête et puis je me suis dit que ça serait quand même quelque chose à tester, pour voir.

Je suis allé sur McAfee, non pas que je leur en veuille ou quoi que ce soit, c’est le nom, je me suis dit McAfee sur Mac, il doivent être faits pour s’entendre. J’ai téléchargé la version d’essai, j’avais 30 jours pour essayer, je n’ai pas regretté !

Côté installation, tout se passe super bien, la bête se lance et je lance une analyse complète.

Pour être complet, c’est complet, comme mon disque de 250 Go est bien plein, ça lui a pris 6 ou 8 heures (j’ai pas vu la fin, je dormais) pendant lesquelles ma pauvre machine brulait, soufflait et était quasiment inutilisable. Et, on me l’avait bien dit, ça y est , les virus sont arrivés. Enfin, il a trouvé 4 « choses », lui il appelle ça des menaces, mais il n’a pas voulu me dire ce que c’était. Donc, je ne suis même pas sur que c’était des « menaces » pour Mac ou pour Windows. En revanche il me dit aussi qu’il les a supprimées.

Supprimées !

Sans me demander mon avis, sans me dire lesquelles, sans me prévenir. Voilà une copie d’écran qui résume tout ce que je sais de la situation:

Je ne sais pas ce que vous en dites, mais moi, un programme qui rend ma machine inutilisable pendant plus de 6 h et qui ensuite efface 4 fichiers sans me dire lesquels, j’ai pas confiance ! Et comme j’ai l’impression que tout ça n’a servi à rien, je désinstalle !!

Là j’ai eu un peu de mal, il ne suffit pas de supprimer le logiciel du dossier Application, il faut aller aussi bricoler dans la Bibliothèque.

Moralité

L’anti virus sur Mac c’est pas encore pour aujourd’hui !!!

Redondance cyclique, vous connaissez ?

Pour ceux qui sont nuls en informatique, voilà une explication imagée, vue sur le Web.

Vous avez sans doute déjà connu le problème, vous lancez une application informatique (logiciel) et pour une raison inconnue, votre machine ne peut effectuer la commande et se met à tourner en rond :
 

Boucle informatique ou, plus techniquement, « redondance cyclique».  
Vous allez certainement comprendre ces termes et en examinant cet exemple simple de boucle informatique, termes qui définissent un enchevêtrement, une confusion de données, créées inexplicablement par l’ordinateur.
 
Suivez l’exemple ci-dessous, vous allez comprendre :
 


Qu’est une “redondance cyclique” ou plus familièrement “boucle informatique” ?


Un directeur de société, appelle sa secrétaire et lui dit :
– Vanessa, j’ai un séminaire à Rome pendant une semaine et je veux que vous m’accompagniez. Vous connaîtrez ainsi mieux notre société et nos associés… Veuillez préparer le voyage, s’il vous plaît. Vanessa, la secrétaire, appelle son mari et lui dit :
 – Philippe mon chéri, je pars pendant une semaine à Rome avec mon directeur pour un séminaire. Tu resteras seul mon chéri, sois patient !

 Aussitôt Philippe, le mari de Vanessa, appelle sa maîtresse et lui dit :
 – Florence, mon trésor, la sorcière part à l’étranger pendant une semaine. Nous aurons une semaine tout à nous ma reine… La maîtresse Florence, appelle aussitôt l’élève auquel elle donne des cours particuliers et lui dit :
 – Manuel, j’ai beaucoup trop de travail la semaine prochaine, je ne pourrais pas assurer tes cours particuliers. Ne viens pas en cours

 Manuel appelle son grand-père et lui dit :
 – Grand-père, la semaine prochaine je n’ai pas cours. Mon professeur Florence a beaucoup de travail. Cela tombe bien, on va, enfin, pouvoir passer une semaine ensemble. Le grand-père (qui n’est autre que le Directeur de cette histoire) rappelle sa secrétaire Vanessa et lui dit :
 – Vanessa, suspendez la préparation du voyage à Rome, je vais passer la semaine prochaine en compagnie de mon petit-fils que je n’ai pas vu depuis bien longtemps. Nous n’irons pas au séminaire. Annulez toutes les réservations, hôtel, avion,etc.

 La secrétaire rappelle son mari et lui dit :
 – Philippe, ce clown de directeur a changé d’avis, il vient d’annuler le voyage. Rome c’est fichu. Le mari rappelle aussitôt sa maîtresse, Florence, et  lui dit :
 – Mon amour, excuse moi, nous ne passerons pas la semaine prochaine ensemble. Le voyage de ma “conne” de femme a été annulé !

 Le professeur appelle aussitôt son élève Manuel et lui dit :
 – Manuel, écoute bien, j’ai pu arranger mon emploi du temps. La semaine prochaine je pourrai assurer tes cours particuliers habituels. Le garçon rappelle son grand-père (le directeur de société) et lui dit :
 – Grand père, cette “lourdasse” de professeur vient de me dire que la semaine prochaine elle pourra me dispenser ses cours particuliers ! Excuse-moi, je ne pourrais pas passer la semaine prochaine en ta compagnie.

 Le grand-père (directeur) rappelle sa secrétaire et lui dit :
– Mon petit-fils Manuel vient de me dire qu’il ne pourra pas être avec moi la semaine prochaine : Il reprend ses cours. Reprenez la préparation du voyage, les réservations pour le séminaire à Rome : Nous y allons. MAINTENANT C’EST CLAIR, VOUS AVEZ COMPRIS CE QU’EST UNE “REDONDANCE CYCLIQUE” OU PLUS FAMILIEREMENT “BOUCLE INFORMATIQUE” ! 

 


Redondance cyclique, vous connaissez ?

Pour ceux qui sont nuls en informatique, voilà une explication imagée, vue sur le Web.

 Vous avez sans doute déjà connu le problème, vous lancez une application informatique (logiciel) et pour une raison inconnue, votre machine ne peut effectuer la commande et se met à tourner en rond :
 
Boucle informatique ou, plus techniquement, « redondance cyclique».
 
 
Vous allez certainement comprendre ces termes et en examinant cet exemple simple de boucle informatique, termes qui définissent un enchevêtrement, une confusion de données, créées inexplicablement par l’ordinateur.
 
Suivez l’exemple ci-dessous, vous allez comprendre :
 

Qu’est une « redondance cyclique » ou plus familièrement « boucle informatique » ? 

Un directeur de société, appelle sa secrétaire et lui dit :
– Vanessa, j’ai un séminaire à Rome pendant une semaine et je veux que vous m’accompagniez. Vous connaîtrez ainsi mieux notre société et nos associés… Veuillez préparer le voyage, s’il vous plaît.
 
Vanessa, la secrétaire, appelle son mari et lui dit :
 – Philippe mon chéri, je pars pendant une semaine à Rome avec mon directeur pour un séminaire. Tu resteras seul mon chéri, sois patient !
 
Aussitôt Philippe, le mari de Vanessa, appelle sa maîtresse et lui dit :
 – Florence, mon trésor, la sorcière part à l’étranger pendant une semaine. Nous aurons une semaine tout à nous ma reine…
 
La maîtresse Florence, appelle aussitôt l’élève auquel elle donne des cours particuliers et lui dit :
 – Manuel, j’ai beaucoup trop de travail la semaine prochaine, je ne pourrais pas assurer tes cours particuliers. Ne viens pas en cours
 
Manuel appelle son grand-père et lui dit :
 – Grand-père, la semaine prochaine je n’ai pas cours. Mon professeur Florence a beaucoup de travail. Cela tombe bien, on va, enfin, pouvoir passer une semaine ensemble.
 
Le grand-père (qui n’est autre que le Directeur de cette histoire) rappelle sa secrétaire Vanessa et lui dit :
 – Vanessa, suspendez la préparation du voyage à Rome, je vais passer la semaine prochaine en compagnie de mon petit-fils que je n’ai pas vu depuis bien longtemps. Nous n’irons pas au séminaire. Annulez toutes les réservations, hôtel, avion,etc.
 
La secrétaire rappelle son mari et lui dit :
 – Philippe, ce clown de directeur a changé d’avis, il vient d’annuler le voyage. Rome c’est fichu.
 
Le mari rappelle aussitôt sa maîtresse, Florence, et  lui dit :
 – Mon amour, excuse moi, nous ne passerons pas la semaine prochaine ensemble. Le voyage de ma « conne » de femme a été annulé !
 
Le professeur appelle aussitôt son élève Manuel et lui dit :
 – Manuel, écoute bien, j’ai pu arranger mon emploi du temps. La semaine prochaine je pourrai assurer tes cours particuliers habituels.
 
Le garçon rappelle son grand-père (le directeur de société) et lui dit :
 – Grand père, cette « lourdasse » de professeur vient de me dire que la semaine prochaine elle pourra me dispenser ses cours particuliers ! Excuse-moi, je ne pourrais pas passer la semaine prochaine en ta compagnie.
 
Le grand-père (directeur) rappelle sa secrétaire et lui dit :
– Mon petit-fils Manuel vient de me dire qu’il ne pourra pas être avec moi la semaine prochaine : Il reprend ses cours. Reprenez la préparation du voyage, les réservations pour le séminaire à Rome : Nous y allons.
 
MAINTENANT C’EST CLAIR, VOUS AVEZ COMPRIS CE QU’EST UNE « REDONDANCE CYCLIQUE » OU PLUS FAMILIEREMENT « BOUCLE INFORMATIQUE » !

Construction d’une société numérique

Une idée répandue dans le grand public, est que nous vivons une révolution numérique depuis l’arrivée d’Internet en général et des réseaux sociaux en particuliers. De nombreux exemples sont utilisés dans les médias pour prophétiser ou témoigner de profonds bouleversements. L’actualité nous a donné plusieurs fois l’occasion de voir comment le monde réel pouvait se refléter et quelquefois s’amplifier dans les réseaux sociaux. Ainsi, après les élections Iraniennes de 2009 et les protestations qui avaient suivi, le réseau Twitter s’était fait le relais des opposants qui trouvaient là une caisse de résonance à leurs revendications. Plus récemment, certains ont glosé sur l’importance de Facebook ou de Twitter dans la « révolution » tunisienne. Ainsi, le virtuel, pensé autrefois comme hypothétique, est devenu aux yeux de certains l’endroit où se pense et se prépare le futur monde réel.

Cette attitude est dans le droit fil d’une pensée née très tôt sur la capacité des technologies de l’information à décupler les facultés cognitives des humains (Bush, Engelbard) par l’utilisation d’outils collaboratifs et autres systèmes hypertextuels dont l’organisation mimerait notre cerveau humain puis évoluerait avec l’intelligence collective. Cette hypothèse a en effet retrouvé vigueur avec le développement aujourd’hui des réseaux sociaux. Il nous est apparu important de prendre du recul et essayer de déconstruire ce dogme qui voudrait nous conduire à penser que l’humanité entière serait bientôt réunie dans un même cyberespace, mettant en œuvre une formidable capacité cognitive pour le bien de tous.

Loin du sensationnel, force est de constater qu’après la révolution industrielle nous sommes en train de vivre une « révolution numérique », et qu’elle est sans doute encore plus profonde et sensationnelle que ce que nous voulons bien en voir.

La révolution industrielle, même si elle avait transformé nos campagnes, nos cités et dans une large mesure nos façons de vivre, n’avait pas cette ampleur. Parce que la technologie de l’époque, couteuse, encombrante et complexe ne pouvait pas être mise en œuvre n’importe comment par n’importe qui. En revanche, le numérique et les dispositifs qui permettent de le mettre en œuvre sont devenus d’un coût presque marginal et nous pouvons voir de simples individus acquérir sur certains créneaux la capacité de concurrencer des multinationales.

C ‘est ainsi que nous pouvons encore constater qu’à l’heure du numérique les notions de genre, d’âge et autres frontières traditionnelles entre les humains sont bouleversées.

Construction d’une société numérique

Une idée répandue dans le grand public, est que nous vivons une révolution numérique depuis l’arrivée d’Internet en général et des réseaux sociaux en particuliers. De nombreux exemples sont utilisés dans les médias pour prophétiser ou témoigner de profonds bouleversements. L’actualité nous a donné plusieurs fois l’occasion de voir comment le monde réel pouvait se refléter et quelquefois s’amplifier dans les réseaux sociaux. Ainsi, après les élections Iraniennes de 2009 et les protestations qui avaient suivi, le réseau Twitter s’était fait le relais des opposants qui trouvaient là une caisse de résonance à leurs revendications. Plus récemment, certains ont glosé sur l’importance de Facebook ou de Twitter dans la « révolution » tunisienne. Ainsi, le virtuel, pensé autrefois comme hypothétique, est devenu aux yeux de certains l’endroit où se pense et se prépare le futur monde réel.

 

Cette attitude est dans le droit fil d’une pensée née très tôt sur la capacité des technologies de l’information à décupler les facultés cognitives des humains (Bush, Engelbard) par l’utilisation d’outils collaboratifs et autres systèmes hypertextuels dont l’organisation mimerait notre cerveau humain puis évoluerait avec l’intelligence collective. Cette hypothèse a en effet retrouvé vigueur avec le développement aujourd’hui des réseaux sociaux. Il nous est apparu important de prendre du recul et essayer de déconstruire ce dogme qui voudrait nous conduire à penser que l’humanité entière serait bientôt réunie dans un même cyberespace, mettant en œuvre une formidable capacité cognitive pour le bien de tous.

 

Loin du sensationnel, force est de constater qu’après la révolution industrielle nous sommes en train de vivre une « révolution numérique », et qu’elle est sans doute encore plus profonde et sensationnelle que ce que nous voulons bien en voir.

 

La révolution industrielle, même si elle avait transformé nos campagnes, nos cités et dans une large mesure nos façons de vivre, n’avait pas cette ampleur. Parce que la technologie de l’époque, couteuse, encombrante et complexe ne pouvait pas être mise en œuvre n’importe comment par n’importe qui. En revanche, le numérique et les dispositifs qui permettent de le mettre en œuvre sont devenus d’un coût presque marginal et nous pouvons voir de simples individus acquérir sur certains créneaux la capacité de concurrencer des multinationales.

 

C ‘est ainsi que nous pouvons encore constater qu’à l’heure du numérique les notions de genre, d’âge et autres frontières traditionnelles entre les humains sont bouleversées.

Le Livre Blanc de l’Open Source

Je participe depuis plusieurs années à la commission Open Source de Telecom Valley. Si vous travaillez à Sophia Antipolis et que le sujet vous intéresse, je ne peux que vous inciter à venir nous rejoindre. Nous sommes un groupe de personnes assez hétérogène, avec comme seul point commun l’envie de mieux connaitre les logiciels libres et d’en faciliter l’adoption : avocat, ingénieur, professeur, consultant, gérant, manager, directeur, free lance ou employé, il y en a pour tous les goûts !

L’année dernière nous avons tous travaillé ensemble à l’écriture d’un livre blanc à destination des entreprises, plutôt ciblé sur celles qui développent mais aussi sur celles qui utilisent des logiciels et finalement, ça fait pas mal de monde. L’idée est d’aider à comprendre les enjeux économiques et juridiques. C’est gratuit ou pas ? Garantie ou pas ? Et si je les utilise dans mes logiciel, c’est quoi la contagion de la GPL ? (je suis sur que le H1N1 ne vous faisait pas autant peur). Bref, si vous cherchez la réponse à ces questions, et plus encore, vous trouverez tout dans le Livre Blanc, lisible et téléchargeable ci-dessous.

Un dernier mot pour remercier Telecom Valley de nous donner l’opportunité de travailler ensemble, bonne lecture !

Livre blanc v1.0

View more documents from TelecomValley

Le Livre Blanc de l’Open Source

Je participe depuis plusieurs années à la commission Open Source de Telecom Valley. Si vous travaillez à Sophia Antipolis et que le sujet vous intéresse, je ne peux que vous inciter à venir nous rejoindre. Nous sommes un groupe de personnes assez hétérogène, avec comme seul point commun l’envie de mieux connaitre les logiciels libres et d’en faciliter l’adoption : avocat, ingénieur, professeur, consultant, gérant, manager, directeur, free lance ou employé, il y en a pour tous les goûts !

L’année dernière nous avons tous travaillé ensemble à l’écriture d’un livre blanc à destination des entreprises, plutôt ciblé sur celles qui développent mais aussi sur celles qui utilisent des logiciels et finalement, ça fait pas mal de monde. L’idée est d’aider à comprendre les enjeux économiques et juridiques. C’est gratuit ou pas ? Garantie ou pas ? Et si je les utilise dans mes logiciel, c’est quoi la contagion de la GPL ? (je suis sur que le H1N1 ne vous faisait pas autant peur). Bref, si vous cherchez la réponse à ces questions, et plus encore, vous trouverez tout dans le Livre Blanc, lisible et téléchargeable ci-dessous.

Un dernier mot pour remercier Telecom Valley de nous donner l’opportunité de travailler ensemble, bonne lecture !

Livre blanc v1.0

View more documents from TelecomValley